Faire une reprogrammation moteur

Il arrive parfois qu’on fasse une optimisation du moteur de son véhicule. Cela représente en quelque sorte une mise à jour du véhicule. Si c’est une pratique qui n’est pas très fréquente, il est important de savoir pourquoi il est bien de faire une reprogrammation moteur.

A quoi sert une reprogrammation moteur ?

La reprogrammation moteur a pour but principal de modifier le boîtier électronique de son véhicule. On parle aussi d’optimisation moteur essence ou diesel. Il faut noter que les concepteurs de véhicule limitent en général le moteur du véhicule pour des raisons bien précises. Cela entraîne la sous-exploitation des moteurs. Pour modifier les performances du véhicule, il faut faire une optimisation moteur qui permettra par la même occasion de réduire véritablement la consommation du carburant. Aussi, cela donne au véhicule une certaine souplesse et une mise à jour. Ainsi, on peut aussi se permettre donc de passer à une surconsommation qui augmente la puissance.
Un autre atout principal de la reprogrammation du moteur de son véhicule est l’ajustement du moteur pour participer à une course par exemple. On peut donc procéder à un changement de pistons hauts ou basse compression ou à l’injection de papillons pour passer en mode turbocompresseur. Les changements à opérer au cours d’une reprogrammation moteur font appel à du matériel onéreux, mais aussi à des compétences humaines. Il faut donc faire appel à de véritables experts pour cela. Il ne faut pas omettre aussi ce qui implique la confirmation de la différence de puissance après optimisation du moteur.

Implications des boîtiers additionnels

Il n’est pas du tout conseillé d’ajouter des boîtiers additionnels pour faire augmenter la différence de puissance du moteur juste après les avoir mis en place. Il faut notifier que ces éléments ne participent pas à l’optimisation du moteur, mais changent les informations comme la température, l’injection, etc. transmises par les sondes du moteur du véhicule à l’unité de contrôle du moteur pour qu’il modifie le mélange air/essence en automatique. C’est en quelque sorte un leurre et non une optimisation du moteur pour envoyer le plus de carburant sans prendre en compte le nouveau mélange et ses implications.