Que savoir sur le déficit foncier ?

Lors d'un investissement locatif, il existe plusieurs situations auxquelles un propriétaire peut être confronté. Parmi beaucoup d'autres, il est possible que le propriétaire se retrouve dans une situation de déficit foncier. Ce terme désigne un contexte assez délicat pour le propriétaire.

Quand parle-t-on du déficit foncier ?

En réalité, la situation du déficit foncier correspond à celle dans laquelle le propriétaire dépense plus pour l'entretien du bien immobilier alors qu'il perçoit des loyers minimes. En gros, il s'agit d'une situation dans laquelle les revenus sont inférieurs aux charges. Vous pouvez visiter le site web pour en savoir plus sur la notion du déficit foncier. En réalité, la possession d'un bien immobilier locatif expose le propriétaire à des charges et des frais tels que l'entretien, les réparations et surtout l'imposition. Lorsque le coût global de ces charges dépasse la totalité des loyers perçus, on parle alors de déficit foncier.

Comment reconnaître une situation de déficit foncier ?

Pour qu'un propriétaire puisse savoir qu'il est en situation de déficit foncier, il lui faut procéder au calcul de ce dernier. Pour commencer, il est important de connaître les différentes catégories de charges déductibles de ses revenus fonciers. Ceci est important puisque le calcul n'est qu'une différence entre les charges déductibles et les revenus. En effet, le propriétaire doit enlever de ses revenus fonciers les charges financières en lien avec les intérêts de l'empereur, celles liées à l'exploitation du bien et aussi celles liées aux travaux. Lorsque après déduction de toutes ces charges des revenus immobiliers bruts, vous constatez un déficit en respectant le plafond de 10 700 €, vous pourrez donc affirmer que vous êtes en situation de déficit foncier.

Quel avantage tirer de la situation ?

En termes de finance, la situation de déficit foncier n'est pas une très bonne chose. Cependant, il est possible d'en tirer quelques avantages. Lorsqu'un propriétaire est dans ce contexte précis, il peut s'en servir pour bénéficier d'un processus de défiscalisation. Le déficit foncier peut être de ce fait utilisé pour baisser l'imposition lorsque l'on possède un immobilier locatif. Il faut savoir que ce dernier n'est pas pris en compte dans une limite de 10 000 € par an.